browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Casma, Sechin et la côte

Posted by on 1 juillet 2013

Hier soir nous avons dû quitter la Casa Ravines, plus de chambres disponibles mais le gérant Juan nous a déniché une chambre dans l’auberge Churup à deux pas et qui appartient au même propriétaire. C’est un peu moins luxueux que le premier mais tout à fait charmant et agencé avec goût.

2013-07-01 08.37.50

2013-07-01 09.03.17

 

 

 

 

 

 

On dirait un petit châlet sur trois étages avec une terrasse sur le toit et une vue magnifique sur Huaraz et les deux cordillères. Le petit déjeuner est lui aussi à la hauteur. Nous terminons notre séjour à Huaraz et avons passé un moment fantastique dans cette région, nous serions bien restés un peu plus longtemps.
Nous rejoignons l’avenue Luzuriaga et partons chercher une station de minibus locale pour rejoindre Casma. Ici pas de Cruz del Sur, nous ferons donc avec les moyens de bord. Passant devant les bureaux de l’agence Mony Tour, nous croisons Elsa, notre guide du premier jour avec qui nous avons sympathisé et qui très gentillement nous propose de nous y conduire, histoire de gagner du temps et de papoter un peu.
La station de bus n’a rien de conventionnel, c’est un hangar avec un petit bureau, le combi que nous prenons est minuscule (9 personnes) et un peu vieillot mais bon, il va dans la bonne direction.
2013-07-01 10.09.34La route qui nous amène à Casma est d’une extraordinaire beauté. Après avoir franchi les contreforts de la cordillère noire du haut de laquelle nous admirons une dernière fois les sommets enneigés de sa soeur jumelle en face, nous plongeons dans une vallée de Puna et ses paysages arides et de couleur ocre.
Après une route en lacets que le chauffeur avale, le pied au plancher (on n’était pas complètement rassurés), nous débouchons dans une plaine à la végétation luxuriante (vergers, bananiers, champs…). Quelques kilomètres plus loin, c’est un désert de sable qui fait son apparition, là pas une trace de végétation, des paysages de far west américain.

2013-07-01 10.43.11

2013-07-01 12.18.32

 

 

 

 

 

 

Plus on se rapproche de la côte, plus il fait chaud et nous atteignons Casma « la ville de l’éternel soleil » vers 12h30 après 4 heures de route.
Notre objectif premier était de visiter Sechin, un site archéologique très intéressant. Le problème est que nous ne savons que faire des bagages. Dans le combi, un couple de jeunes péruviens nous vient en aide et nous propose de dénicher un hôtel pas cher où louer une chambre pour quelques heures, c’est chose faite, c’est fou ce que les péruviens sont gentils et attentionnés.
Plus légers, nous attrapons dans la rue une de ces motos-taxis bringuebalantes et cheveux au vent nous partons pour Sechin.
Le site se situe à 7km de Casma à la lisière entre la vallée fertile dans laquelle la ville s’est développée et le désert.
2013-07-01 13.58.46Avec Sechin, nous faisons un saut dans l’espace temps et remontons plusieurs siècles avant Chavin. Deux sites majeurs se détachent:
- Sechin Alto, découvert par l’archéologue Peter Fuchs en 2008 et toujours à l’étude (on ne peut pas le visiter). Il daterait de -3500 av J.C. (700 ans avant la Galgada et 800 ans avant Caral)
- Cerro Sechin, découvert et fouillé par J.C Tello en 1937, un temps associé à la civilisation Chavin. La culture Sechin fut une société andine côtière antérieure à la culture Chavin et qui contribua par la suite au développement de cette dernière.

2013-07-01 14.21.44

2013-07-01 14.27.43

 

 

 

 

 

 

L’art Sechin est curviligne, figuratif, et impressionniste, la société ne connaissait pas l’écriture et l’expression se faisait donc par les dessins. Ils ignoraient la perspective et exprimaient la profondeur par l’empilement des figures. Ils vouaient une adoration à la Pachamama et les figures en haut-relief représentées sur l’enceinte de pierre symbolisent des scènes de batailles et des représentations de guerriers vainqueurs (en pied, armés, bien habillés) et de vaincus (démembrés, et les différentes parties disposées dans tous les sens).

2013-07-01 14.33.34

2013-07-01 14.40.40

 

 

 

 

 

 

Ce site est plus récent que Sechin Alto et daterait de -1600 av J.C. Une expression étonnante de modernité se dégage des sculptures et des traits.
Nous profitons à notre aise de cet endroit original, puis allons jeter un oeil au musée où l’on trouve des vestiges de différentes époques et découvrons la multitude de sites qui jalonnent la vallée. Nous ne pouvons malheureusement pas les voir tous, faute de temps, il faudra revenir: Mojeque, Pampa Colorada, et surtout Chanquillo, une zone archéologique étonnante avec sa forteresse, son aire résidentielle et surtout son observatoire astronomique, un des plus vieux du continent où des « torreones » gigantesques permettaient d’analyser la course du soleil et de dater précisément les équinoxes et les solstices.

2013-07-01 14.37.15

2013-07-01 14.46.06

 

 

 

 

 

 

Nous voyons encore des chiens pèruviens sans poil avec une drôle de tête (on dirait des hyènes) et dont la tempèrature corporelle est de 40 degrès. Les incas s’en servaient pour soigner leurs rhumatismes.2013-07-01 13.56.58
Bref, un coin fantastique, il faudrait des mois pour tout découvrir.

 

 

 

2013-07-01 15.40.40

 

Nous rentrons sur Casma avec un moto-taxi récupérer nos bagages et tentons de trouver un bus pour Trujillo.
Ce ne fut pas chose facile. Nous jetons finalement notre dévolu sur le premier qui passe et qui semble tenir la route. Il répond au doux nom de « Eric le Rouge » (curieux!!). On est loin du standard de Cruz del Sur, mais c’est déjà mieux que le petit combi de Huaraz.
4 heures plus tard, et après une route qui suit le littoral pacifique, nous arrivons à Trujillo où le temps est très moite et humide, nous retrouvons la garùa de Lima. En 7 heures de bus, nous avons perdu 4000 m d’altitude et gagné 45% d’humidité.
Il fait nuit, la journée n’est pas complètement terminée. Il nous faut maintenant trouver un petit combi pour rejoindre Huanchaco, une petite ville côtière où nous avons réservé notre logement. Ce fut sportif et dans le bus nous sommes serrés comme des sardines et secoués comme des maracas par la conduite très « souple » du chauffeur.
Nous arrivons à Huanchaco, et après un petit plat de spaghettis  rapide nous nous endormons sans peine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>