browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

El Callejon de Huaylas

Posted by on 28 juin 2013

Le petit déjeuner buffet de l’hôtel tient toutes ses promesses et c’est l’estomac bien garni que nous partons rejoindre l’avenue Luzuriaga, l’artère principale de la ville près de la Plaza de Armas.
Nous découvrons Huaraz de jour, c’est une ville sympa, animée, sans charme, ni style particulier. La belle Huaraz de l’époque n’a pas résisté au séisme de 1970. Située à 3100m d’altitude, il fait un peu frais le matin, mais les premiers rayons du soleil ont vite fait de nous faire poser nos polaires et doudounes.
Nous rejoignons les bureaux de la compagnie Mony tours et partons avec notre bus faire le tour des popottes, recueillir nos compagnons d’excursion dans leurs hôtels respectifs.
Nous faisons la connaissance d’Elsa, notre guide, environ 40 ans, 3 enfants et qui connaît très bien la région.
Au passage nous voyons un peu plus de Huaraz, la ville est petite, environ 30000 habitants, répartie en deux districts, celui de Huaraz et celui d’independencia séparés par le rio Quilcay. Cette rivière se jette d’ailleurs dans le rio Santa plus imposant et qui circule dans toute la vallée jusqu’au Pacifique.
Nous prenons la route du Callejon de Huaylas qui suit la vallée encadrée par deux chaînes de montagne splendides. A notre droite la cordillère blanche et ses sommets nombreux et enneigés, à gauche la cordillère noire, moins haute sans neige, mais avec des falaises vertigineuses et des anticlinaux sublimes. 2013-06-28 09.59.34Toute la région et en particulier le parc naturel du Huascaran est classé au patrimoine de l’Humanité, rien d’étonnant.
Nous traversons le village de vichay et déjà au loin le Huascaran (la plus haute montagne du Pérou) et ses 6768m pointe son nez à l’horizon.

Nous passons par Tarica et Elsa en profite pour nous faire une rapide présentation de la cordillère blanche et ses 70 sommets enneigés (nevados) qui oscillent entre 5400m et 6700m. Sans doute la plus belle et haute concentration au monde. Nous laissons sur notre gauche la mine Pierina, mine d’or toujours en activité et dont les propriétaires sont canadiens, puis jetons un oeil à la Cueva de Guitarrero dans la cordillère noire où l’on a trouvé des traces de vie et des peintures rupestres datant des premiers habitants de la région 10 000 ans avant notre ère.
La vallée qui se présente à nous est très encaissée et très verte aussi. Elle est très fertile et l’on y cultive toute sorte de fruits et de légumes. On y pratique aussi beaucoup l’élevage (porcs, chevaux, vaches, moutons, cuyes et poulets). On y cueille également nombre de plantes médicinales qui sont d’usage courant ici: la flor de retama qui soigne les sinusites, la rimarina, la sàvila ….
Nous laissons sur la droite le village de Marcara dont le nom vient de Marcajara (Jara signifiait maïs en quechua). Non loin de là, se trouvent les eaux thermales de Chancos très prisées des locaux contre les rhumatismes.
Nous atteignons Carhuaz vers 10h30 pour notre première pause. La ville possède une jolie place centrale avec fontaine et palmiers géants, une petite église mignonne complète le tableau. Les vêtements des gens du village sont 2013-06-28 10.42.43très typiques, surtout ceux des femmes et un code de couleur, comme à Taquile, permet de distinguer les femmes veuves, des femmes mariées ou célibataires. Mais la petite attraction de la matinée c’est le glacier en haut de la place. Ils fabrique de très bons sorbets aux fruits avec la glace qui provient du Huascaran et de l’Alpamayo (5947m) appelé aussi « la montagne-diamant ». Nous goûtons un citron-chirimoya et un chocolat-maracuya très bons.2013-06-28 10.32.03
Nous reprenons la route en suivant toujours le rio Santa qui part de la laguna Conococha au sud et qui se jette dans la centrale hydro-électrique au nord de la vallée, près du Canyon del Pato. Nous traversons le village de Tingua et entrons dans le district de Mancos.
Non loin de là se trouve l’ancient village de Yungay. Nous effectuons notre deuxième arrêt au « Campo Santo ». Il s’agit d’un lieu de pèlerinage construit sur l’emplacement de l’ancient village de Yungay qui fut complètement enseveli par une avalanche lors du séisme du 31 mai 1970. Il y eut 25 000 morts à Yungay et 77 000 dans toute la région.

2013-06-28 12.06.15

2013-06-28 12.05.29

 

 

 

 

 

 

C’est un lieu empreint d’une certaine solennité. On y a dressé un jardin aux roses très odorantes et nous parcourons les quelques centaines de mètres qui constituaient l’ancien village. De Yungay Hermosura, comme on l’appelait avant, il ne reste rien sinon 4 palmiers morts qui sont comme un témoignage de la violence des évènements, trois carcasses de bus encastrées les unes dans les autres et aussi compactes qu’une oeuvre de César et enfin l’ancien cimetière construit légèrement sur les hauteurs et dont le dernier étage a survécu au passage de l’avalanche.

2013-06-28 11.53.25

2013-06-28 11.35.24

 

 

 

 

 

 

On a du mal à imaginer que dans ce coin paisible du Callejon de Huaylas, au milieu de ce décor sublime s’est produite une des pires catastrophes qu’ait connu le Pérou. En trois minutes, le village a été englouti et rasé de la carte, 92 survivants ont dû leur salut au cimetière sur lequel ils se sont juchés, ils sont restés là trois jours attendant les secours et se nourrissant de tuna (figue de barbarie), nous avons croisé l’un d’entre eux. Un miracle eut lieu toutefois, ce jour là il y avait dans le cirque un peu à l’extérieur du village, une représentation du clown « cucharrita » avec 320 enfants à l’intérieur, à l’arrivée de l’avalanche le clown réussit à évacuer les enfants par la sortie opposée, le cirque a amorti la vague, et les enfants furent sauvés. Tous orphelins ils furent adoptés par des familles étrangères et commencent maintenant à revenir dans la région pour rendre hommage aux disparus.
Nous prenons quand même le temps d’admirer le paysage et les deux sommets Huascaran et Huandoy (6395m) qui surplombent la vallée.

2013-06-28 11.44.18

2013-06-28 11.29.34

 

 

 

 

 

 

Une légende court d’ailleurs sur les deux nevados , ce serait deux jeunes gens Huascar et Huandy, amoureux, des ses amours impossibles qui mènent aux tragédies.
Nous quittons le nouveau Yungay construit quelques kilomètres plus loin et nous engageons dans le parc national de Huascaran. Nous faisons notre pause déjeuner au « granero de los Incas » un petit restaurant perdu au milieu de la montagne et nous nous régalons d’un « chincharron de chancho con mote » et de « truchas a la plancha » délicieuses.2013-06-28 13.44.59
Nous reprenons la route sous le soleil pour nous rendre aux lagunes de Llanganuco, une des attractions de la journée. Situés à 25km de Yungay à 3863m dans la cordillère blanche et aux pieds des 4 sommets: Huascaran, Huandoy, Cholpicalqui et Pisco se trouvent les lagunas de Chinancocha (lagune femelle) et Orconcocha (lagune mâle) connues comme Llanganuco.

2013-06-28 15.01.01

La couleur verte turquoise de leurs eaux, la majesté du site et les bois de « quenuales » (arbres au tronc orangé) font de ce lieu un petit paradis.2013-06-28 15.42.48

Nous décidons de prolonger ce moment de plaisir en nous offrant un petit tour en barque à rames sur la lagune. Jamais nous n’aurons été aussi près du Huascaran.
2013-06-28 15.16.07

 

 

Nous quittons ce lieu enchanteur à regret et poussons un peu plus au nord jusqu’à Caraz pour admirer le petit village, sa jolie place centrale et goûter au passage, dans un petit magasin de confiseries, des confitures de chirimoyas et de lucumas très agréables.

2013-06-28 18.01.55
Nous n’irons pas plus au nord du Callejon de Huaylas, car il nous reste beaucoup de route pour rentrer sur Huaraz. Nous prendrons seulement le temps, à la nuit tombée, de nous arrêter à Ticara, un petit village très connu pour son artisanat. Nous visiterons une fabrique de poteries où le patron est un magicien de l’ « arcilla » (terre cuite).

2013-06-28 18.51.58

2013-06-28 18.57.09

 

 

 

 

 

 

Il nous fera d’ailleurs une représentation en fabricant devant les yeux épatés des filles un superbe vase en quelques tours et en 3 mn.
Retour sur Huaraz, repos et bonne nuit à la Casa Ravines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>