browser icon
You are using an insecure version of your web browser. Please update your browser!
Using an outdated browser makes your computer unsafe. For a safer, faster, more enjoyable user experience, please update your browser today or try a newer browser.

Chavin de Huantar

Posted by on 30 juin 2013

Nous nous levons ce matin avec les jambes un peu lourdes mais en pleine forme, nous avons fait le plein de globules rouges et nos organismes, habitués à l’altitude, ont développé une faculté de récupération que nous ignorions.2013-06-30 08.04.47
Le petit déjeuner copieux de la Casa Ravines sera pour nous la récompense des efforts de la veille.
Le programme de la journée sera beaucoup moins sportif mais plus orienté culture et découverte. Nous allons rencontrer la capitale de l’Empire Chavin.
Notre guide du jour s’appelle Hugo, un moustachu truculent, adepte de la blaguounette à 2 soles, parfois un peu lourde mais un passionné d’histoire, d’archéologie et de culture Chavin, çà tombe bien.
Nous reprenons la même route qu’hier, Recuay, Ticapampa (j’apprends au passage que Tica signifie « fleur » ou « adobe » selon les cas).

2013-06-30 09.45.21Nous franchissons le pont de Bedoya, un petit village et voyons sur notre gauche une voléee de marches abruptes qui partent tout droit à l’assaut de la montagne. C’est le chemin qu’empruntaient les pèlerins pour se rendre après 2 jours de marche au site de Chavin.
Nous laissons Catac sur la droite, et nous engageons dans une nouvelle vallée le long des rives de la rivière Yanayaku. Une nouvelle vallée s’offre à nous, tout aussi belle que la veille, tout aussi désertique. Nous traversons huancapampa et prenons de l’altitude jusqu’à un lac de montagne, la laguna Querecocha à 3980m. Son nom signifie en quechua « lagune aux bois » (queru). Curieusement, à cet endroit, une forêt de quenuales couvre un des versants de la cordillère blanche.2013-06-30 10.16.43
Elle est splendide, d’un bleu profond et les contreforts des nevados se mirent dans ses eaux tranquilles.
De là, une route en lacets nous emmène au sommet de la montagne Yanamary (5237m), à 4516m au tunnel de Kahuish, long de 480m et quittons le Callejon de Huaylas pour celui de « los Conchucos ».

2013-06-30 17.22.24

2013-06-30 10.51.35

 

 

 

 

 

 

Nous sommes passés de l’autre côté de la cordillère blanche, un christ rédempteur, juché sur un promontoire rocheux nous accueille par un petit signe de la main. Nous redescendons dans la vallée et près de 1h30 plus tard, nous atteignons le village de Chavin de Huantar à 110km de Huaraz. 2013-06-30 12.00.44Nous sommes plongés au coeur d’une des civilisations les plus anciennes du Pérou, qui s’est développée entre -1200 av J.C. et – 300 av J.C. C’est un lieu de culte parmi les plus réputés du sous-continent et des pèlerins venaient en masse des 4 coins de l’Amérique du Sud pour consulter son oracle, 100 000 par an, selon les spécialistes.
Sa société était très hiérarchisée. Au sommet de la pyramide, les prêtres, puis les artisans, et au bas de l’échelle le peuple. Lors de sa décadence, aux alentours du IVème siècle av J.C., la structure hiérarchique s’est disloquée et le peuple a fui les montagnes de la cordillère blanche pour s’établir plus au sud vers le Titicaca et fonder une nouvelle civilisation: Tiwanaku.

2013-06-30 12.05.57

2013-06-30 12.15.40

 

 

 

 

 

 

La force de Chavin reposait sur la faculté des prêtres à prédire l’avenir, en particulier les changements climatiques. Ils se faisaient rémunérer en fonction des prédictions par des offrandes en nature (poisson, viande, légumes, fruits…) ce qui permettait à cette société de fonctionner correctement, et cela a duré !!! Comment faisaient-ils pour ne pas se tromper? un peu d’explication.
Les prêtres de haut rang envoyaient des émissaires plus au nord du pays vers Piura et à la frontière équatorienne. Là se passe chaque année un phénomène naturel appelé « el niño ». C’est un endroit où les courants marins chauds de « el niño » venus du nord rencontrent les courants froids de Humboldt. Il se produit de grands bouleversements climatiques qui engendrent pluies, tempêtes et inondations. L’une des conséquences est que la tempête rejette sur les côtes des milliers de coquillages (spondyles et strombes). Les émissaires étaient ainsi capables en fonction de la récolte de savoir si la saison qui s’annonçait serait sèche ou humide et donc favorable ou non aux récoltes (infaillible!!). C’est une des raisons aussi pour lesquelles les peuples pré-hispaniques vouaient une adoration sans borne aux spondyles, coquillages quasi mystiques. C’était pour les non profanes de vrais baromètres et leur gagne-pain quotidien.
Le site se caractérise par 54 périodes de constructions successives, certaines ré-utilisant les constructions précédentes pour construire les nouvelles. Trois d’entre elles ont significativement marqué l’évolution du sanctuaire. Un chiffre revient en permanence: le chiffre 7. Chiffre magique et qui régit l’ordre du monde. Tout ici fonctionne en multiple de 7: la plaza cuadrada (49X49m), la place plus au nord (28X7m), la place circulaire (14m de diamètre), le temple (70m de large et 14m de haut), les cabezas clavas au nombre de 28 et sur l’autel 7 cavités.

2013-06-30 12.41.24

2013-06-30 13.17.47

 

 

 

 

 

 

Ce qui a le plus suscité notre admiration, c’est l’état de conservation des bâtiments après plus de 3000 ans d’histoire et dans une zone sismique très forte.
La civilisation Chavin avait développé des connaissances en matière architecturales et sismiques à nulles autres pareilles à cette époque. Les scientifiques modernes ont établi que les murs du temple pouvaient supporter une magnitude de 10-11 sur l’échelle de Richter (nos tours modernes sont ridicules à côté) !!2013-06-30 12.59.27
Le secret ? des murs construits en pente avec une inclinaison de 5° (ni plus, ni moins), l’inclinaison parfaite de nos jours avec une alternance de grosses pierres et de petites pour amortir les vibrations et des salles intérieures servant de résonance et annulant les forces qui faisaient pression sur les parois…dingue!!! Peut-être avaient-ils aussi découvert internet!!, on n’a trouvé trace d’ordinateur…dommage!!

2013-06-30 13.32.44

2013-06-30 13.47.02

 

 

 

 

 

 

Tout autour du temple, étaient érigées des têtes d’animaux ou de personnages imaginaires représentant des divinités, appelées Cabezas clavas, censées protéger le temps du mal. Elles ont été saccagées par les espagnols, à leur arrivée, mais par miracle ses conquérants ignares et brutaux les ont enterrées pour beaucoup autour du temple. Les fouilles ont redonné ses lettres de noblesse à cet art unique.2013-06-30 13.58.24
Trois dieux étaient d’importance majeure: l’aigle ou condor, représentant le ciel, le puma ou jaguar, la force de la terre mère et le serpent ou anaconda, la sagesse et le savoir.
Ce que l’on sait moins, c’est que le centre était aussi un formidable foyer d’observation astronomique. On y observait la croix du sud (chacana), alpha et bêta du centaure, la constellation du scorpion et sur l’autel la ‘piedra des Choquechimchay » (pierre du félin) représenterait la constellation d’Orion. Sur la place circulaire des dalles orientées vers le soleil en des points stratégiques permettaient de déterminer les solstices et les équinoxes et donc les périodes de semailles et de récoltes.
Bref, une civilisation à couper le souffle…nous jetons un oeil aux sculptures les plus connues: « el lanzon » (sorte de poignard de 4m de haut), « la stela Raimondi » (représentation de Wiracocha) et l’obélisque Tello. J.C Tello fut un médecin qui s’est passionné d’archéologie et c’est à lui que l’on doit beaucoup des découvertes et des analyses dans tout le Pérou. (déjà rencontré à Pachacamac, nous le verrons encore à Sechin dans quelques jours si tout va bien).
Hugo rend hommage à un péruvien de Chavin, un « Maria Reiche », el señor Marino Rodrigues Moreno qui a entretenu, préservé, et sauvegardé le site, un ami qui lui a appris beaucoup et qui nous a quitté il y a peu.
2013-06-30 14.24.34Petit passage au musée où nous pouvons faire des photos, nous sommes les derniers, à partir de demain elles sont interdites, coup de bol, un de plus!!

 

2013-06-30 14.32.46

2013-06-30 14.33.44

 

 

 

 

 

 

Nous rejoignons Huaraz. C’est une rencontre inoubliable.
Le soir, fatigués de manger du riz, des patates et du poulet, nous craquons pour une crêperie tenue par un français: au menu, galettes de blé noir, crêpes sucrées et ratatouille…que du bonheur!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>